Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Aller en bas

Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Message  Elvanthyel Herhlen le Dim 28 Juin - 16:45

Quelle idée, vraiment, s'enticher de tant d'emmerdes simplement pour faire croire à quelques sentiments...
Étonnement il était calme malgré cette petite broutille matérielle à plus de quelques millions de balles, peut-être même blasé puisque dans un sens il savait qu'il finirait par devoir abandonner cette maison et tout ce qui s'y trouvait. C'était peut-être un peu tôt mais cela rentrait à merveilles dans son plan.
Dans cette logique il ne pouvait pas errer toute la nuit dehors, il restait l'ennemi publique numéro un tant pour la Mafia qui finirait par se venger que par les médias et la population. Il restait mafieux et ambitieux ce qui inquiétait les autorités qui se mettraient à lui courir après.
La nuit était pleine, il préférait traverser les débris et les sales rues plutôt que d'emprunter les taudis, inutile de se faire remarquer d'avantage vu sa situation assez critique. Mains dans les poches de sa longue veste il gardait sur lui son fusil, sa besace de munitions et de quoi se faire quelques billets en peu de temps.
Par chance il ne pleuvait plus mais sa veste restait trempée de l'averse qui s'était pointée plus tôt en soirée, bien-sûr il était silencieux et ne se plaignait de rien. Tête basse il regardait surtout où il mettait les pieds, sans lumières il préférait se guider sans avoir besoin d'artifices, quitte à se broyer une patte dans une connerie rouillée.
Impassible cela faisait bien 10 minutes qu'il rôdait dans la décharge finissant par s'approcher des lumières des maisons closes et éventuellement son gîte pour le reste de la nuit.
Se mettant à sourire son pied glissa sur un tas d'ordures qui tenaient en équilibre, d'instinct le seul reflex de l'Allemand fut d'ôter sa main gauche de la crosse du fusil évitant par la même de tirer un coup accidentellement.
Même s'il n'était pas nerveux ou anxieux il restait sur ses gardes, arme au poing. Dérapant il finissait par descendre une petite bute de boue argileuse terminant sa course dans un petit trou isolé du reste de la décharge.
Plus silencieux, cet endroit était le lieu idéal pour entendre quiconque s'approchait et bien-sûr pour tester ses reflex quelqu'un approcha d'au dessus, empruntant sûrement le même chemin que l'émigré qui se retourna.
Fusil armé il enclencha une cartouche et pointa l'arme juste au dessus de lui, à l'entrée du trou, tout en cachant son visage avec la capuche de sa veste. Froid, seuls ses yeux transparaissaient dans l'obscurité et la lumière lunaire si pâle et aléatoire :

-Hände hoch !


Technique ? Lapsus ? Non, réfléchi, il savait pourquoi il parlait Allemand, des émigrés ici ce n'était pas rare du tout et qui allait s'imaginer qu'un chef de la mafia qui avait voulu buter son collègue était natif d'Allemagne et parlait encore couramment Allemand ?
Il ne descendit pas son arme, au contraire il attendait soit une réponse un quelconque "gné" articulé à la gnole du coin soit une fuite en courant.
Ne tremblant pas, garder l'arme en joue n'était pas tellement un problème, ce qui l'était plus par contre c'était la terre merdique qui ne lui permettait pas de rester stable pour son tir.
avatar
Elvanthyel Herhlen
Marionnettiste de Demathiae
Marionnettiste de Demathiae

Messages : 349
Date d'inscription : 30/03/2009
Age : 34
Couleur favorite : Blanc

Voir le profil de l'utilisateur http://existence.zikle.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Message  Invité le Dim 28 Juin - 20:15

La nuit. Moment merveilleux où n'importe qui retourne à l'état de proie, à l'état primaire d'animal apeuré plongé dans un monde qu'il ne reconnaît pas. Et cela valait aussi pour le Punk. Enfin, un peu moins tout de même, puisqu'il connaissait absolument chaque coins et recoins de la décharge. Tout le monde saurait bouger, même de nuit, chez lui. C'est ce que faisait Reuno. Malgré tout, il restait tout de même prudents. Des rats et autres saloperies se baladaient dans les ordures, et marcher dessus serait annonciateur de mort délicate par une belle maladie offerte par une morsure. Pourtant, ce n'était pas ça qui arrêterait l'Anarchiste. Cette nuit, il avait prévu de faire un casse chez les bourgeois, il lui fallait à manger, et ne travaillant pas... Par chance, la pluie était tombée un peu plus tôt et avait ainsi fait replier les proies potentielles vers leur quartier riche. C'est toujours mieux de raider tout en tabassant un ou deux de ces petits fumiers.

Le punk avait des écouteurs à ses oreilles, et il reprenait en murmurant très doucement le refrain d'ADIDAS, chanson de KoRn.


"All the night I dream about fuck, all the day I dream about sex!"

Son père lui avait expliqué brièvement les paroles et lui avait appris les bases de l'anglais, cette langue si simple et chanté dans quasiment tous les groupes qu'il écoutait, à quelques expressions près, comme Lofofora qui chantait en français. C'est à ce moment là qu'un bruit attira son attention. Il coupa de suite sa musique, se concentrant tel un prédateur sur sa cible. Qui pouvait venir à cette heure? Des casseurs? Peu probable, il s'attaquait plutôt aux bourgeois ou même au bidonville. En tout cas, pour passer par ici, la personne devait être en quelconque danger, risquer de perdre une jambe, une épaule ou un bras ici, ça revenait à devoir payer le médecin... Et le médecin, c'est cher.
En tout cas, le keupon avait décidé de voir qui était assez cinglé pour venir ici de nuit. Apparemment, le type était en train de se viander de façon assez monstrueuse. Surement le trou si traître... Et ça, Reuno savait exactement où il était, pour s'y être éclaté à trois reprises. Il s'approcha du trou, et passa la tête. C'est à ce moment qu'il compris l'erreur atroce d'être venu chercher ce gros fêlé qui le pointait avec une arme du genre "J'te traverse le crâne et on en parle plus". Et pour surmonter la technique d'intimidation, du boch. Cool comme première approche... Autant dire que notre punk retira vite la tête.


-Hey... Heu... J'parle pas vraiment le boch... Mais heu... Je peux t'aider à sortir, s'tu veux... I can help you guy! Mais putain, baisses ton flingue... J'ai à peine une barre de fer!

C'est là où l'hérétique coloré trouva une alternative. Le coup de la brique. Il était champion au lancer de brique, et de toute façon, c'était la seule arme de portée qu'il savait manier. Il récupéra donc une des nombreuses briques trainant là, et il se releva, tirant vers la masse d'ombre. Même s'il l'avait raté, ça ferait une bonne diversion... C'est du moins dans cet esprit que le punk, sans même plus réfléchir saisit sa barre de fer pour se jeter dans le trou, tentant une attaque "Punk's Iron Attack", comme il se plaisait à le dire, verticale.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Message  Elvanthyel Herhlen le Dim 28 Juin - 21:28

Au tréfond du bordel il entendait quelqu'un marmonner de l'Anglais, de là à dire chanter c'était un blasphème surtout quand on entendait la crudité des paroles mais ça...
C'était une autre histoire qui ne concernait pas l'Allemand. De prime abord il se doutait que la personne en question devait être jeune et assez rebelle sur les bords pour chanter des insanités pareilles mais en l'occurrence tout le monde était son ennemi jusqu'à la fin de son plan.
Qu'il soit aveugle et sourd ne réglerait pas le soucis de méfiance présente.
Froid il laissait approcher le "gamin" l'entendant ensuite se rapprocher passant sa tête au dessus du trou, droit sur la ligne de mire du trentenaire. Sans froncer un sourcil il déplaça l'index de la gâchette histoire de ne pas tirer trop vite sur un ivrogne qui ne se souviendrait de rien.
Pourtant à peine avait-il stoppé sa menace que le gamin repartit dans son coin avant de balancer violemment une saloperie du haut du trou...
Reculant au maximum pour voir le coup venir il réarma son arme laissant la brique tomber mais sans pour autant porter l'attention requise pour voir arriver cet ahuris volant.
Levant les yeux son calibre suivit un peu trop tard, le seul reflex de l'aîné fut de se courber en avant prenant dans le dos et de plein fouet la barre de fer...
Quelques vertèbres craquèrent sous le coup et l'Allemand posa ses genoux à terre ainsi que sa main droite, la gauche restant crispée à son arme si jamais l'autre imbécile avait d'autres idées du même acabit dans les 5 minutes qui suivraient.
Le calme bref, reprenant son souffle il se redressa se dégageant de la boue dans laquelle il s'était légèrement enfoncé.
Se mettant le plus rapidement possible droit et sortant son arme, mise en évidence sans être en joue, il se retrouvait à visage dévoilé laissant apparaître ses traits fins et la boue qui couvrait ses joues rougies par la marche qu'il s'était imposé.
D'une couleur d'albâtre sa peau brillait très légèrement à la lumière de la lune revenue entre quelques nuages, un soupir de la part de l'émigré qui se dégageait encore un peu en faisant quelques pas en arrière.
Sa main droite passa immédiatement sur sa capuche qu'il replaça correctement sur son visage, profitant du geste pour simplement faire dégager l'autre ahuris :

-Leine ziehen gemein !


Qu'il parle Allemand ou non il allait comprendre que c'était tout sauf gentil, entre le ton employé et l'expression quasi absente sur le visage lorsqu'il hurla presque cette injure.
Froidement il posa son index sur la gâchette relevant son fusil, cette fois-ci qu'il s'amène le connard il allait être servi.

_________________
Nos larmes n'effacent pas nos péchés...
Im regen von sauregurkenzeit

Where have I seen your face before ?
avatar
Elvanthyel Herhlen
Marionnettiste de Demathiae
Marionnettiste de Demathiae

Messages : 349
Date d'inscription : 30/03/2009
Age : 34
Couleur favorite : Blanc

Voir le profil de l'utilisateur http://existence.zikle.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Message  Invité le Lun 29 Juin - 11:02

Son attaque aérienne semblait avoir fait l'effet escompté, mais le punk avait pas du frapper Monsieur Gros Calibre assez fort, bien qu'il venait de tomber face contre terre. Mais c'est lorsqu'il se releva qu'il comprit l'ampleur du maléfice. Ce visage... C'est même pas le fusil qui lui faisait peur, mais juste ce visage. Ouais, c'était bien le chef de la mafia, le Terrible qui en un claquement de doigt peut faire arrêter la vie d'un homme et vu le hurlement en allemand qu'il venait de balancer à la tronche du punk, ça risquait de pas tarder. Pourtant, rien arriva, ils étaient toujours seul. Une question pertinente se posait dans la tête de l'un peu crétin bourrin. Que faisait un gros bonnet comme lui ici, en plein milieu d'une décharge, sans gardes du corps, sans limousine, sans aucune de ses femmes que l'on paye pour avoir un peu de tendresse? Bref, qu'est ce qu'il se passait vraiment dans la décharge?
Décidant de pas trop le jouer façon kamikaze, Reuno déposa sa barre de fer avec lenteur. Il lui restait encore sa botte secrète, mais valait mieux pas tenté de jouer avec Mister Big Gun. Il s'essaya donc à calmer le jeu du mieux qu'il pouvait.


-Hey écoutes... J't'ai attaqué car j'me suis senti menacé, mais j'savais pas que c'était toi, putain, quel con... Mais quand je vois des mecs bien fringués et qui ont assez de fric pour s'acheter des flingues... Forcément... Ben je tank...

Il marqua une courte pause, comme pour regarder son vis à vis. C'est vrai qu'il avait l'air d'être dans la merde le pauvre... Ca se faisait pas de laisser un mec aussi friqué seul, dans un endroit aussi dangereux... Les punks volent vite par ici après tout.

-Ca va p't'être te paraître gonfler mais... Maintenant qu'je sais que je peux rien contre toi... Et que t'es ce mec formidable qui fait passer de la couleursur ce putain d'caillou... J'peux t'aider à traverser la décharge sans problème. C'est ici qu'je vis après tout.

Un très léger sourire fut tenté. Il savait très bien que si l'autre mafieux le voulait, il pourrait lui faire passer la cafetière en travers du mur. Autant continuer sa tentative de désamorçage du "Punk's Head Shoot."

-En même temps... J'pouvais pas m'douter qu'un mec comme toi passerait ici! Surtout seul et sans bagnole! Ca j'peux t'le jurer sur mes boots! Pour moi... T'es plutot un s'pèce de sauveur en ramenant de la peinture et des vêtements de couleur. Laisses moi m'excuser en te faisant traverser c'merdier... Pis, si j'peux t'aider un peu après...

Un moment de bonté? Non, juste l'attrait du gain. Aider un parrain de la mafia, c'était se mettre dans ses bonnes faveurs non? Avec un peu de chance il serait pas tuer et même récompenser!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Message  Elvanthyel Herhlen le Mer 8 Juil - 15:18

La boue s'affaissait sous le poids du trentenaire qui restait fixe, son bras tendu et l'arme prête à être utilisée. Bien évidemment il était inutile de croire que l'Allemand allait se taper un sprint avec cette mélasse sous les pattes, tout au pire marcher lentement en gardant en joue l'autre gugus mais ça ne l'intéressait absolument pas. Tuer ou effrayer mais pas abandonner un gamin comme ça surtout maintenant.
Calme il fit un dernier pas en arrière mettant un peu plus en évidence son arme et surtout sa cible, la tête. Froid il ne tremblait pas, sa main droite supportant la gauche qui était crispée sur la crosse et la gâchette prêt à faire feu à la moindre parole ou geste qui n'allait pas dans le bon sens.
Ce qui était clair c'était la détermination de l'agresseur, même en position apparente de faiblesse il restait immobile ne trahissant pas une éventuelle panique... Certes il n'était pas facile à faire paniquer mais là, attirer inutilement du monde ne l'intéressait absolument pas et tirer à bout portant risquait forcément de faire du bruit et donc ré-enclencher une course à l'anonymat au sein de la populace grouillante.
Détendu petit à petit il gardait un œil sur l'espèce d'ahuris qui finalement bougea pour lâcher sa barre de fer bien courbée vu le coup qu'elle avait offert précédemment. Silencieux le trentenaire laissait faire sans sourire ni rien, la boue recouvrait un éventuel regard menaçant et examinateur mais rien d'autre. Placide était le maître mot de son manque de réactions, d'autant plus quand le gamin prit la parole de façon franche...
Bé oui, tank... Ce genre de remarques proche de l'excuse sans en être fit à la stricte limite rire l'émigré qui ne laissait cependant rien voir de cet amusement.
Dans un sens c'était de la naïveté de foncer tête baisser sur quelqu'un, encore plus quand on frappait alors qu'on savait la cible armée. Pour le coup les choses s'étaient inversées, l'aîné n'ayant plus réellement besoin de tirer à vu il décala son index de la gâchette mais gardait l'arme pointée sur la tête du rebelle qui continuait avec sa tchatche.
Un sourire ? C'était avoir des couilles de faire ça de façon si nette devant un gars qui tenait votre vie sur une simple question de physique. Ce culot plaisait assez à l'émigré qui savait que le vent tournait très vite en sa défaveur et plus il aurait de pion plus il serait simple d'offrir des corps pour ralentir son exécution publique.
Pourtant vouloir un punk dans son genre dans ses rangs risquait d'être assez délicat mais l'acheter serait très simple, l'utiliser peut-être moins mais c'était un simple jugement trop hâtif (?).
La tentative s'enclenchait d'elle-même, le gamin prenait les devants et était en effet quelqu'un d'auto-didacte... En même temps vivre ici demandait plus de savoir-faire qu'autre chose et marchander sa vie semblait être naturel pour lui vu le peu de panique qu'il laissait entrevoir... Voire littéralement une absence de peur face à une fatalité évidente.
Lancé dans la proposition l'aîné accepta baissant son arme mais ne dévoilant pas d'avantage son visage. C'était évident que tout ces "toi" à tout bout de champs laissait peu de doutes. Pour se mettre soudainement à s'excuser de ses gestes ne pouvait signifier qu'une chose : Il savait qui était l'homme qu'il avait en face de lui".
Une chose de faite qui n'arrangeait cependant pas l'émigré qui préférait tout de même rester couvert par principe.
Se détendant totalement il rangea son fusil sous sa veste replaçant sa besace tout en y plongeant sa main gauche. Quelques sons métalliques se faisaient entendre et finalement quand le trentenaire sorti sa main deux bombes étaient dans sa main.
Les secouant il vérifiait qu'elles étaient pleines et dans le geste il les envoya à l'ahuris qui lui faisait face. Quitte à sortir de là autant faire semblant de récompenser le geste et dans le même coup essayait de voir si acheter ses services étaient possible.
Attention, on remarquera qu'il n'avait pas soupiré ni même prit la parole. Simplement envoyé les bombes en guise d'acceptation du marché.
Après si l'autre ne comprenait pas le pacte se conclurait vite et ça, ça n'était pas tellement un problème que de l'aérer dans le dos avec un petit couteau à peine aiguisé.

_________________
Nos larmes n'effacent pas nos péchés...
Im regen von sauregurkenzeit

Where have I seen your face before ?
avatar
Elvanthyel Herhlen
Marionnettiste de Demathiae
Marionnettiste de Demathiae

Messages : 349
Date d'inscription : 30/03/2009
Age : 34
Couleur favorite : Blanc

Voir le profil de l'utilisateur http://existence.zikle.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déclaration des hostilités... et son joli quidam

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum